Dimanche 1er décembre 2019 à 10h30 :

Conférence de

Zondag 1 december 2019 om 10u30 :

Lezing door

Françoise Labrique & Luc Delvaux

Le panthéon de Boutehamon.

Autour d’un cercueil de la 21e dynastie.

Samedi 27 avril 2019 à 10h30 :

Assemblée Générale

Ordre du jour

1. Procès-verbal de la séance du 22 avril 2018

2. Rapport des directeurs

3. Rapport financier

4. Rapport des vérificateurs

5. Approbation des comptes annuels

6. Décharge donnée aux administrateurs et aux vérificateurs

7. Projet de budget

8. Mandats

9. Admission de nouveaux membres

10. Divers

La séance sera suivie d’une conférence présentée par

Zaterdag 27 april 2019 om 10u30 :

Algemene Ledenvergadering

Agenda

1. Notulen van de vergadering van 22 april 2018

2. Verslag van de directeuren

3. Financieel verslag

4. Verslag van de verificateurs

5. Goedkeuring van de jaarrekeningen

6. Decharge verleend aan de bestuurders en aan de verificateurs

7. Ontwerp van budget

8. Mandaten

9. Aanvaarding nieuwe leden

10. Rondvraag

.

De vergadering zal gevolgd worden door een lezing van

Julie Cayzac

« Des mortels devenus dieux à Kalabcha »

Les époques ptolémaïque et romaine voient se développer le phénomène de divinisation de certains mortels, le plus souvent en raison des conditions particulières de leur décès

Dans la région de la Première Cataracte et dans le Dodécaschène (territoire s’étendant de Philae à Hiérasycaminos), cette pratique semble avoir été particulièrement active.

Si les mortels divinisés de la région les plus connus sont Pétéisis et Pihor, frères pour qui le temple de Dendour a été élevé, un autre duo méconnu a pu accéder à une telle promotion dans le temple de Kalabcha.

À l’instar de tous les temples élevés dans le Dodécaschène, Kalabcha est en premier lieu la possession de la déesse Isis de Philae devenue la patronne de la région depuis le règne de Ptolémée VI Philométor. Le temple de Kalabcha est néanmoins le temple principal de Mandoulis, divinité probablement d’origine nubienne.

Mais l’étude de certains reliefs de Kalabcha met en évidence l’existence d’un duo de mortels divinisés passé inaperçu et ayant intégré le panthéon kalabchite probablement sous Tibère, peut-être en raison de leur position élevé dans le clergé du temple.

Entrée gratuite pour les membres en ordre de cotisation.

Gratis toegang voor leden .

Dimanche 3 février 2019 à 10h30 :

Conférence de

Zondag 3 februari 2019 om 10u30 :

Lezing door

Nathalie Halgand

 

M.R.A.H.

Ramsès II, la royauté sacrée

Troisième souverain de la XIXème dynastie, Ramsès II connait un règne de soixante-six ans qui s'offre comme l'un des plus longs et des plus prospères de l'histoire pharaonique.

Monté sur le trône à l'âge  de 25 ans, il poursuit l'œuvre de son père Séthi Ier, multipliant les constructions grandioses en l'honneur des dieux et engageant ses forces militaires dans le maintien des possessions égyptiennes au Proche-Orient. 

En tant que chef du clergé, Ramsès II  met le domaine religieux au service de sa propagande politique et de ses ambitions personnelles.

Ainsi, en affirmant la divinité de la fonction monarchique, il n’est désormais plus seulement acteur du rituel  mais aussi celui pour qui le rite est accompli.

 

Statue de la  Grande épouse royale Isisnefert 

Nouvel Empire, XIXème dynastie

Règne de Ramsès II (1279-1212 Av. J-C.)

Quartzite, 28 cm X 9,50 cm X 9,50 cm

Inv. E.7500

Auditorium des Musées Royaux d'Art et d'Histoire

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Auditorium van de Koninklijke Musea voor Kunst and Geschiedenis

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Conférence organisée par l'A.E.R.E. en collaboration avec la Diffusion Culturelle des M.R.A.H.

Lezing georganiseerd in samenwerking met de "Diffusion Culturelle" van de K.M.K.G.

Entrée gratuite pour les membres en ordre de cotisation.

Gratis toegang voor leden .

Dimanche 16 décembre 2018 à 10h30 :

 

Conférence de Dorian Vanhulle

Le jour où l’Égypte est née …

La formation de l’État pharaonique et ses implications à la fin du 4e millénaire av. J.-C.

En Égypte, le dernier tiers du 4e millénaire est le témoin de l’apparition de la royauté, de l’écriture et de l’institution religieuse. Cette phase cruciale de l’histoire égyptienne est le siège de grands bouleversements dont la résultante est l’émergence de la civilisation pharaonique. Si le rôle de Narmer comme premier unificateur politique de la vallée égyptienne du Nil et comme fondateur de la 1re dynastie est bien connu, les informations relatives aux premiers pas de l’institution pharaonique demeurent limitées et, le plus souvent, sujettes à interprétation. Les tombes royales d’Umm el-Qaab à Abydos nous informent quant aux différents règnes qui ont émaillé les deux premières dynasties tandis que les mastabas de Saqqarah et les premières sources écrites nous confirment le développement d’une administration centralisée. Au-delà de ces évidences, il est bien délicat de proposer plus que des hypothèses.   

Les répercussions, pour certaines majeures, de l’émergence de la royauté et de la formation de l’État furent nécessairement nombreuses. Bien que difficilement perceptibles dans le paysage archéologique,

il est possible de mettre en lumière différents phénomènes sociaux, politiques, artistiques et religieux directement imputables aux évènements ayant conduit à la naissance de l’institution pharaonique.

Parmi eux figurent la première délimitation du territoire de l’Égypte, l’annexion de zones géographiques d’intérêts économiques, l’insertion de l’Égypte dans des réseaux d’échanges préexistants et l’adoption par les premiers rois de nouveaux comportements envers des voisins et partenaires économiques de longue date.

Cette conférence, qui repose sur une approche holistique appliquée aux périodes pré-pharaoniques et tire profit tant de l’archéologie que de l’histoire de l’art, propose d’apporter un éclairage nouveau sur cette période pivot qu’est le Nagada III (ca 3300-2600 av. J.-C.) ainsi que sur les tenants et aboutissants de la formation de l’État à cette époque.

Auditorium des Musées Royaux d'Art et d'Histoire

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Conférence organisée par l'A.E.R.E. en collaboration avec la Diffusion Culturelle des M.R.A.H.

Entrée gratuite pour les membres en ordre de cotisation.

En 1847, les Musées royaux d’Art et d’Histoire ont acquis un cercueil au nom du scribe royal Boutehamon, ainsi qu’une momie attribuée à ce haut fonctionnaire de la 21e dynastie. Le cercueil et la momie faisaient partie de la collection de Sarah Belzoni, la veuve du célèbre aventurier Gianbattista Belzoni.

Le cercueil fait actuellement l’objet de nouvelles recherches qui ont mis en évidence l’originalité de sa décoration, et notamment l’iconographie exceptionnelle des nombreuses divinités alignées sur ses longs côtés.
L’étude en cours permet une nouvelle approche des autres éléments du mobilier funéraire de Boutehamon, comme ses autres cercueils, aujourd’hui conservés au Musée de Turin.

Cet assemblage funéraire a été conçu comme un savant outil de renaissance pour Boutehamon qui apparaît comme un des plus grands intellectuels de la région thébaine, entre la fin du Nouvel Empire et le début de la Troisième Période Intermédiaire.

Auditorium des Musées Royaux d'Art et d'Histoire

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Auditorium van de Koninklijke Musea voor Kunst and Geschiedenis

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Conférence organisée par l'A.E.R.E. en collaboration avec la Diffusion Culturelle des M.R.A.H.

Lezing georganiseerd in samenwerking met de "Diffusion Culturelle" van de K.M.K.G.

Entrée gratuite pour les membres en ordre de cotisation.

Gratis toegang voor leden .

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now