À l'Institut des Hautes Études de Belgique, en février et mars 2020,

quatre conférences présentées par Monsieur Alain Martin

Co-directeur de l'A.E.R.E.

Dimanche 9 février 2020 à 10h30 :

Conférence de

Zondag 9 februari 2020 om 10u30 :

Lezing door

Dorian Vanhulle

Bas les masques ! Mysteries around a masterpiece

Nouveau regard sur un masque de momie du Musée d’Art & d’Histoire (E.6884)

« Je vous suis fort obligé de m’avoir fait parvenir les fragments du masque de momie. Cette pièce reconstituée sera parmi les plus remarquables de notre département égyptien et je vous suis (sic) gré d’avoir attiré sur elle mon attention. »

Lettre de Jean Capart à Monsieur Heyninx, Architecte des Palais royaux, datée du 11 février 1935.

Ces quelques mots peuvent être considérés comme l’acte de naissance de l’un des chefs-d’œuvre de la collection d’antiquités égyptiennes du Musée Art & Histoire de Bruxelles. La pièce, sans contexte archéologique et dont nous ne savons pratiquement rien de l’histoire avant son arrivée au musée, doit en effet de ne pas avoir sombré dans l’oubli à un coup du sort pour le moins salvateur. Propriété du roi Léopold II jusqu’à sa mort en 1909, ce masque échappe à un premier envoi des antiquités égyptiennes royales vers les collections nationales organisé en 1914. Il ne rejoint le musée, accompagné d’une centaine d’autres antiquités oubliées dans un meuble-vitrine du palais, qu’en février 1935. Aussi surprenant que cela puisse paraître aujourd’hui, une seconde fois encore, la « tête de femme » mentionnée par le Palais à J. Capart, devenue masque funéraire sous sa plume, ne fut pas loin d’être oubliée !

Remarquable pour sa rayonnante beauté et son état de conservation qui paraît friser la perfection, il s’agit sans nul doute de l’un des plus beaux masques de momie du Nouvel Empire à nous être parvenu.

Trop beau pour être vrai, selon l’opinion de certains qui n’ont pas hésité à remettre son authenticité en doute.

Si cette possibilité ne survit pas à une observation attentive de l’objet, de récents travaux, mêlant documents d’archives et analyses structurelles menées par des spécialistes en restauration d’œuvres d’art, apportent un éclairage nouveau et surprenant sur cette pièce maîtresse de la collection égyptologique bruxelloise.

Auditorium des Musées Royaux d'Art et d'Histoire

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Auditorium van de Koninklijke Musea voor Kunst and Geschiedenis

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Conférence organisée par l'A.E.R.E. en collaboration avec la Diffusion Culturelle des M.R.A.H.

Lezing georganiseerd in samenwerking met de "Diffusion Culturelle" van de K.M.K.G.

Entrée gratuite pour les membres en ordre de cotisation.

Gratis toegang voor leden .

Jeudi 23 janvier 2020 à 18h30

Institut des Hautes Etudes de Belgique, 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles (ULB – campus du Solbosh)

Conférence de Julie Cayzac

Hommes et dieux sur le parvis du temple de Philae

Le temple égyptien, écrin de l’image divine, est par essence un lieu inaccessible.

 

Néanmoins, à l’avant de ce temple, un espace semble avoir été dédié à l’accueil des fidèles lors de certaines manifestations : le parvis. L’exemple de celui du temple d’Isis sur l’île de Philae est particulièrement riche d’informations.

 

L’étude de son architecture, mais également des inscriptions ou traces laissées par les visiteurs, nous permet de saisir la polyvalence de ce lieu et de restituer l’animation qui devait y régner.)

Entrée libre

Dimanche 1er décembre 2019 à 10h30 :

Conférence de

Zondag 1 december 2019 om 10u30 :

Lezing door

Françoise Labrique & Luc Delvaux

Le panthéon de Boutehamon.

Autour d’un cercueil de la 21e dynastie.

En 1847, les Musées royaux d’Art et d’Histoire ont acquis un cercueil au nom du scribe royal Boutehamon, ainsi qu’une momie attribuée à ce haut fonctionnaire de la 21e dynastie. Le cercueil et la momie faisaient partie de la collection de Sarah Belzoni, la veuve du célèbre aventurier Gianbattista Belzoni.

Le cercueil fait actuellement l’objet de nouvelles recherches qui ont mis en évidence l’originalité de sa décoration, et notamment l’iconographie exceptionnelle des nombreuses divinités alignées sur ses longs côtés.
L’étude en cours permet une nouvelle approche des autres éléments du mobilier funéraire de Boutehamon, comme ses autres cercueils, aujourd’hui conservés au Musée de Turin.

Cet assemblage funéraire a été conçu comme un savant outil de renaissance pour Boutehamon qui apparaît comme un des plus grands intellectuels de la région thébaine, entre la fin du Nouvel Empire et le début de la Troisième Période Intermédiaire.

Auditorium des Musées Royaux d'Art et d'Histoire

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Auditorium van de Koninklijke Musea voor Kunst and Geschiedenis

10, Parc du Cinquantenaire

1000 Bruxelles

Conférence organisée par l'A.E.R.E. en collaboration avec la Diffusion Culturelle des M.R.A.H.

Lezing georganiseerd in samenwerking met de "Diffusion Culturelle" van de K.M.K.G.

Entrée gratuite pour les membres en ordre de cotisation.

Gratis toegang voor leden .

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now